Sir Yes Sir !

Lorsque l’on pousse la porte du Castiglione, on entre en « Couessie ». Les soucis tombent des épaules, la nécessité se met en congé, on s’y sent comme chez soi. Du coup, les habitués l’ont raccourci en Casti pour mieux se l’approprier.

Au premier coup d’œil, l’on voit bien que les choses ont été pensées, choisies, posées là où elles doivent l’être. Dans cet écrin stylé, tout est tiré à quatre épingles. Que du capitonné pour le confort, et du bon goût dans les assiettes, estampillées made in exigence !

Le service y est super classe, dans ce café ultra raffiné, proche de la place Vendôme, vous pourrez petit déjeuner, déjeuner, dîner, souper. Le modèle n’est pas un modèle courant, pas besoin d’inventer les émotions, elles sont déjà là. Et la joie de pouvoir les partager se lit dans les yeux.

Attention, au Casti il y a risque d’addiction. Tout est fait pour le plaisir de manger. Et pour vous accueillir, le meilleur ami de l’homme, le chien Garry, la nouvelle coqueluche du café.

Au Castiglione en bas, l’ambiance y est cosy. Les « mademoiselles » font un brin de causette sur les banquettes molletonnées avec une tasse de thé ou du chocolat chaud, en se délectant d’une tarte fine aux pommes, restera un moment de gourmandise inouï.

Quant aux messieurs ils sont aux coudes à coudes au bar, de dos les épaules sont élégantes. Le comptoir reste un lieu d’hommes pressés.

Rien que pour vous, le tapis rouge se foule aux pieds de bas en haut, vaut le détour. Et ce 364 jours sur 365, avec un personnel éduqué pour écouter et se préoccuper de votre petit dedans.

Le repas est tout à l’honneur, le style de la cuisine «néoclassicomoderniste» se fond en un savoir faire «consubstentiel» en claire : A votre service 24X24 et 7J7. Affirmatif!

Pour les férus d’histoire et vous la faire courte, Le Castiglione était en 1945 à la libération, un genre d’Harry’s Bar tenu par un dénommé Amédée Martin. En 1976 l’affaire sera repris par l’inénarrable Gilbert Flottes, qui insufflera un style aveyronnais et peut s’enorgueillir d’avoir congédier les Rolling Stones au complet pour turbulences, Keith Richard y possède un deux pièces cuisine dans l’immeuble…

Frédérick e. Grasser Hermé